Les Mouvements de jeunesse

Premières ONG avant l’heure, les mouvements de jeunesse sont des organisations axées sur les enfants et adolescents pour leur éducation et socialisation ainsi que l’aide aux jeunes adultes. La plupart de ces organisations ont certains idéaux et valeurs qu’ils essaient de transmettre à leurs membres.

I. De la charité à l’idéal

L’usine chimique de BASF à Ludwigshafen en Allemagne, 1881. Carte postale ancienne de Robert Friedrich Stieler (1847–1908) archive de BASF.Nés des conséquences de la révolution industrielle du XIXe siècle, où des millions de paysans pauvres quittent les campagnes pour aller travailler dans les grands centres industriels fait apparaître une nouvelle classe sociale, la classe ouvrière (ou prolétariat) dont les conditions de travail sont extrêmement difficiles et les salaires permettent à peine aux familles ouvrières de survivre, les mouvements de jeunesse viennent en aides aux enfants des familles les plus démunis.

Durant le XIXe et le début du XXe siècle l’idéal de ces mouvements de jeunesse repose sur des principes hérités de la morale chrétienne par le biais de bonnes actions en faveur des déshérités, quand ils ne sont pas le fait direct de mouvements religieux. Malgré cela en règle générale ces mouvements observent une certaine neutralité religieuse et politique à l’instar du Scoutisme, qui prône l’apprentissage de valeurs fortes, telles que la solidarité, l’entraide et le respect. Son but étant d’aider le jeune individu à former son caractère et à construire sa personnalité tout en contribuant à son développement physique, mental et spirituel afin qu’il puisse être un citoyen actif dans la société. Pour atteindre cet objectif, le scoutisme s’appuie sur des activités pratiques dans la nature, mais aussi des activités en intérieur, destinées plutôt à un apprentissage intellectuel. Le scoutisme s’appuie sur une loi et une promesse et a souvent une dimension religieuse ou spirituelle.

timbre de1984 à l'effigie de Pierre Waldeck-RousseauPolitiquement coincée entre la condamnation des théories politiques nouvelles par le Pape (le Syllabus en 1864) et un mouvement socialiste européen de plus en plus révolutionnaire et structuré par l’anarchisme et le marxisme, en France, le mouvement catholique établit une doctrine catholique sociale, pour laquelle la charité ne résoudra pas seule le problème social, dont la solution passe aussi par des réformes de fond qui doivent intégrer l’humanisme chrétien au cœur du monde du travail (droit d’association, droit de grève, salaire minimum, etc.) qui amènera à la loi Waldeck-Rousseau de 1884 sur les syndicats, puis en 1901 sur la liberté d’association.

Peinture d’Adolf Friedrich Erdmann von Menzel -Weekend à Paris – 1869 -museum kunst palast DüsseldorfEn 1891, l’encyclique «  Rerum novarum » du Pape Léon XIII reconnaissant la nécessité de réforme et de juste salaire donnera naissance à un foisonnement d’initiatives et d’associations tel en 1905 les «  associations catholiques des chefs de famille », futures «  associations familiales catholiques » ou encore au syndicat de la « Confédération française des travailleurs chrétiens » (CFTC) puis aux mouvements de jeunesse chrétien comme les JOC (Jeunesses Ouvrières Chrétiennes) ou encore les JAC (Jeunesses Agricoles Catholiques).

En parallèle à cela au début du XXe siècle, on assiste également à des mouvements qui commencent à se politiser sous l’influence de la pensée marxiste et de la lutte ouvrière comme en France en 1905 les Jeunesses socialistes de la SFIO regroupant étudiants et jeunes salariés. Les JS fondent leur action sur le pacifisme et l’internationalisme, gênant la SFIO qui s’inquiète de l’image que donne la jeunesse socialiste, emportée dans des événements antipatriotiques à la veille de la grande guerre, à son électorat naissant.

II. De l’idéal à l’idéologie

1972 : 50e anniversaire de la création des KomsomolÀ la suite de la première guerre mondiale en Europe et dans le monde, on peut remarquer la politisation des mouvements de jeunesse et leur instrumentalisation idéologique. Ainsi les années 1920 vont voir la création de nombreux mouvement avec un marquage politique assumé :

Comme les jeunesses communistes : les Komsomols soviétiques créent à l’image du parti communiste en 1918 qui diffusèrent leur modèle dans tous les pays ayant un parti communiste

  • à l’exemple de la France où fondée en marge du congrès de Tours en 1920 par une transformation des Jeunesses socialistes en Jeunesses socialistes-communistes et leur adhésion à la IIIe internationale.
  • Gardes rouges sut la place Tian'anmen à PékinOu encore la Ligue de la Jeunesse Communiste Chinoise créée en 1922, un an après la création du Parti communiste chinois dont l’objectif était de faire progresser avec discipline l’idéologie communiste, selon le modèle Chinois, parmi les jeunes de 14 à 28 ans.

Pendant la Révolution Culturelle (1966-1976), Mao Tsé-Toung s’appuie sur les Gardes rouges qui constituaient un mouvement de masse chinois comprenant en grande partie des étudiants et des lycéens puis seront éliminés par Mao lui-même en 1968, l’appellation Garde rouge est alors reprise par la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes pionniers de Chine.

Ou les jeunesses Fascistes (ONB : Opera Nazionale Balilla) en Italie crée en 1926 à la demande Mussolini afin « réorganiser la jeunesse d’un point de vue moral et physique ».

  • Ou encore les jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend) fondées le 4 juillet 1926 lors du deuxième congrès du Parti nazi. La raison d’être des Jeunesses hitlériennes est la formation de futurs surhommes « aryens » et de soldats prêts à servir loyalement le Troisième Reich.
  •  En France également avec notamment les Jeunesses patriotes (JP) est une ligue d’extrême droite créée en 1924. 1924 est une grande année d’agitation des ligues nationalistes en France en réaction à la victoire électorale du Cartel des gauches mais aussi de l’ensemble des forces de droite. Les JP ont peu de profondeur idéologique (ils veulent un régime fort plutôt que vraiment fasciste) mais jouent un rôle important dans l’histoire de l’extrême droite française. Ainsi, les JP assurent la passerelle entre une partie des droites républicaines et parlementaires et les mouvements ligueurs. Elles seront dissoutes en 1936.

Si l’entre-deux-guerres est marqué par la politisation extrême des mouvements de jeunesse, il ne faut oublier les mouvements chrétiens qui œuvrent à la fois sur le terrain social et religieux tels :

  • Les JOC (Jeunesses Ouvrières Chrétiennes), créée en 1925 en Belgique par Joseph Cardijn, la JOC fut introduite en France dès 1927.
  • Ou encore les JAC (Jeunesses Agricoles Catholiques) est un mouvement français d’Action Catholique qui fut créé en novembre 1929.

Qui seront à l’origine de ce que l’on appela un peu plus tard la gauche chrétienne qui désignera l’ensemble des mouvements chrétiens agissant dans la sphère politique aux côtés de la gauche.

L’épi d’or, la 1ère Auberge de Jeunesse de FranceMais également la création des premières auberges de jeunesse par Henri Sannier, ce dernier s’inspirant de l’expérience entreprise par l’instituteur allemand Richard Schirrmann en 1907 dans le château d’Altena dans l’actuelle Rhénanie-Westphalie (Allemagne). La première Auberge de Jeunesse en France, baptisée « l’Épi d’Or », qui est construite en 1929 à Boissy-la-Rivière (Seine-et-Oise). Les principes fondateurs en sont : neutralité politique, accueil de toute la jeunesse sans distinction, afin de favoriser l’amitié et la paix, éloge du voyage et de la nature.

III. De l’idéologie à la lutte sociale

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les mouvements de jeunesses se meuvent progressivement en deux courants principaux, ceux se tournant vers le sport et la culture et ceux vers le bien-être social issu principalement des communistes, des socialismes utopiques et chrétien, qui compte plus sur l’action de la société civile (associations, syndicats) voire la mise en place d’un système économique alternatif par l’initiative des citoyens (coopératives, expériences communautaires et autogestion, systèmes d’échanges locaux …).

Affiche du rassemblement des 10 ans de la JOC en 1937 au Parc des Princes de Paris Durant le XXe siècle, l’effort de reconquête du monde ouvrier et de la jeunesse par l’Église catholique à travers le syndicalisme (en France, la CFTC créée en 1919), la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), puis le mouvement des prêtres ouvriers (mouvement initié dans les années 1940-50) amènent à développer un véritable courant chrétien social. La lutte commune au sein de mouvements de résistance antifascistes (en France, Italie, Allemagne notamment) entre chrétiens, socialistes et communistes ouvrent la voie à des synthèses plus audacieuses et aboutira à la création du courant démocrate chrétien ou démocratie chrétienne. Il a noté l’apport indéniable de la gauche chrétienne dans le développement des mouvements de jeunesse.

IV. Des mouvements d’inspiration mondial

YMCA et UCJG

couverture du journal YMCA de 1919

En Grande-Bretagne pays le plus industrialisé du moment voit la création à Londres en 1844 de La première YMCA (Young Men’s Christian Association) ou UCJG (Union chrétienne de jeunes gens) par George Williams (1821-1905).

Celui-ci, obligé de travailler très jeune dans des conditions de travail très dures, il voulut partager les difficultés de son existence avec d’autres jeunes qui, à l’origine, se réunissaient pour méditer et pour prier. Mais très vite ils dépassèrent le domaine spirituel pour s’engager concrètement dans l’assistance mutuelle aux plus démunis dont ils faisaient partie. Les YMCA se répandent rapidement à travers les pays industrialisés protestants. Le premier YMCA nord-américain fut à Montréal en 1851, lequel ouvrit un camp de vacances en 1894, le camp Kanawana. En Suisse la première Union chrétienne de jeunes gens est fondée à Genève à l’initiative d’Henri Dunant, l’initiateur de la Croix-Rouge et Maximilien Perrot, issu d’une vieille famille genevoise, en 1852.

Les UCJG sont apparues dans les régions protestantes de France à partir des années 1850 : Cévennes, Dauphiné, Normandie, Charentes, Paris, Pays de Montbéliard et Alsace. Leur fondation officielle date de 1852.

En 1891, le basket-ball fut inventé par James Naismith, un enseignant canadien, moniteur d’une université YMCA. En 1895 c’est le volley-ball qui est inventé par un autre professeur d’une YMCA.

YWCA

Affiche ancienne de l'YWCALa Young Women’s Christian Association (YWCA) (Association Chrétienne des Jeunes Femmes) est le pendant féminin du YMCA. Elle est une organisation sociale visant à développer des opportunités pour les femmes dirigeantes ou en relation à des postes de pouvoir, sans discriminations sur des motifs raciaux ou de genre. La première de ces organisations a été créée au Royaume-Uni en 1855. Aujourd’hui, l’organisation mère est localisée à Genève en Suisse, et a des délégations dans le monde entier, avec de légères variations dans leurs programmes.

BGCA

La BGCA (Boys and Girls Clubs of America) fondé en 1860 à Atlanta aux États-Unis, elle avait comme objectif de « permettre à tous les jeunes, surtout à ceux qui en ont le plus besoin, d’atteindre leur plein potentiel en tant citoyens productifs, compatissants et responsables ».

Wandervogel (oiseau migrateur)

Groupe de Wandervogels de Berlin1930

Issu d’un lycée Berlinois vers 1895, ce mouvement va recruter surtout dans les classes moyennes des grandes villes. L’organisation est fondée par Karl Fischer le 4 novembre 1901 dans l’hôtel de ville de Steglitz. Il se caractérisera par un certain spontanéisme : pas de groupe structuré, plutôt des bandes qui se font et défont, sans maître à penser et avec le goût d’excursions pédestres plus ou moins lointaines sans but préétabli selon le terme d’où dérive leur nom, Wanderung (errance), loin des adultes. Dans cette société aux normes strictes et dont l’éducation se voulait autoritaire, les Wandervogel deviennent un espace de liberté.

Le mouvement se diversifie en plusieurs branches d’inspiration politiques (nationalistes, socio-démocrates…) ou de confessions différentes. Peu avant la première guerre mondiale, on observe la création d’organisations para-militaires semi-officielles comme la deutsche Pfadfinderbund (Ligue des éclaireurs allemands) ou la Bund Jungdeutschland (Ligue Jeune Allemagne). Parmi leurs buts se trouvent la préparation à la guerre, et ces associations participent à certaines commémorations militaires.

Après la grande guerre vient une tendance à la sédentarisation comme les camps de vacances, ou les colonies de campagne à objectifs agricoles ou artisanaux… Ce mouvement s’accompagne d’une volonté nouvelle de changer la société. Progressivement on observe une certaine militarisation (remplacement de l’image du randonneur par celle du lansquenet). Elles seront rapidement concurrencées par les Jeunesses Hitlériennes fondées en 1926 et seront amalgamées par elle le 1er décembre 1936 devenant le seul mouvement de jeunesse autorisée avant de devenir obligatoire en 1938.

Le Scoutisme

Lord Robert Baden PowellFondée en Angleterre par Robert Baden-Powell en 1907, qui s’inspire de son expérience des techniques de survie, acquise dans l’armée en Afrique du Sud durant la Seconde guerre des Boers (1899 – 1902), où 1899 il sauve une petite ville (Mafeking) assiégée en utilisant les jeunes de la ville comme estafettes, comme observateurs, sentinelles ou éclaireurs. Il publie ses observations sous le nom de Scouting (L’art des éclaireurs) dans un petit fascicule destiné aux militaires appelés : Aids to scouting.

À son retour en Angleterre, Baden-Powell fut accueilli triomphalement. Il constate que « Aids to scouting » a un immense succès auprès des garçons britanniques et est utilisé par des éducateurs. Frappé par le spectacle d’une jeunesse britannique des quartiers désœuvrés, livrée à la drogue et au tabac, souvent en mauvaise santé et délinquante, il décide de mettre l’expérience apprise à la guerre au service des jeunes gens, cette fois dans une optique de paix.

Daniel BooneS’inspirant de nombreuses expériences éducatives de l’époque, il reprend et synthétise de nombreux éléments venus d’autres mouvements de jeunesse tout en créant ses propres références et ses rites caractéristiques. Parmi ses sources d’inspiration nous trouvons : les Wandervogel allemands ou autrichiens, les rites d’initiation zoulous, la gymnastique développée en Allemagne, sans compter les codes de chevalerie ou le mouvement Woodcraft qui pratiquait déjà un système de badges et enseignait les techniques de vie et de survie des amérindiens et des trappeurs nord-américains tel que Daniel Boone.

Très rapidement le scoutisme se répand à travers toute la grande Bretagne, puis à tout l’Empire Britannique avant de gagner d’autres pays. Il commence à se développer en France à Nantes en 1909.

Aujourd’hui le mouvement scout est un mouvement mondial dont le but est de contribuer au développement des jeunes en les aidant à réaliser pleinement leurs possibilités physiques, intellectuelles, sociales et spirituelles, en tant que personnes, que citoyens responsables et que membres des communautés locales, nationales et internationales.

V. La gestion de la jeunesse en France

timbre à l'effigie de Jules ferryInspiré des travaux de Louis-René Villermé, la loi du 21 mars 1848 interdit le travail des enfants de moins de 8 ans, puis les lois Jules Ferry de 1881 et 1882 rendent l’instruction primaire obligatoire pour les garçons et filles âgés de 6 à 13 ans ont pour effet secondaire de laisser les enfants des familles les plus modestes sans surveillance et au risque de tomber dans le désœuvrement.

La préoccupation politique de l’encadrement des jeunes hors du temps scolaire date des premiers patronages suites aux lois Ferry. Ils sont un ensemble d’initiatives associatives destinées à protéger et à venir au secours des pauvres et leurs enfants mais sans réelle coordination nationale et sont à l’origine des mouvements de jeunesse.

timbre à l'effigie de Léo LagrangeMais il faudra attendre 1936 et le front populaire pour voir la création du premier sous-secrétariat d’État « chargé de la Jeunesse » dirigé par Léo Lagrange.

Puis avec l’Ordonnance de 1945, qui reprend l’organisation prévue par Vichy relative à l’enfance inadaptée et surtout fait de l’éducation la pratique normale du traitement de la délinquance des mineurs. Le métier d’éducateur spécialisé qu’est l’animateur socioculturel date de cette époque. L’Éducation populaire, comme mouvement de prise charge des jeunes adultes par eux-mêmes au sein des « Maisons des Jeunes et de la Culture » (les célèbres MJC) est également promue à la Libération.

Longtemps ballotté dans différents ministères la gestion de la jeunesse est ses mouvements associés à la notion d’Éducation populaire, est resté longuement associé au ministère de la jeunesse et des sports, elle est aujourd’hui sous la coupe du ministère de L’Éducation Nationale.

L’association Human-Hist est dispose de l’agrément jeunesse et éducation populaire.

 

5 janvier 2019