La république française

La république

Succédant à l’ancien régime et né de la révolution française (1789-1792) le régime républicain est pour la première fois en vigueur en 1792. Après différente interruption et remplacement, c’est avec la Troisième République que le régime républicain s’inscrit durablement dans les mentalités, notamment sous l’impulsion de Jules Ferry. Dans un premier temps de nature parlementaire, mais suite à une série d’épreuves majeures devint présidentielle avec Charles de Gaulle en 1958. Sous la Ve république le pouvoir décisionnel revient au chef de l’État dans la conduite politique du pays, ce qui se traduit par un renforcement significatif du pouvoir exécutif au détriment du pouvoir législatif. Le président de la République française est élu au suffrage universel à compter de 1965 pour une durée de 7 ans ramené à 5 ans par Jacques Chirac suite à un référendum en 2000. Le quinquennat et la réforme constitutionnelle de 2008 favorisent l’émergence de nouveaux débats sur l’équilibre des pouvoirs.

Les principes et valeurs de la république

Comme toutes les républiques, la république française est basée sur des principes et des valeurs morales reposant tout à la fois sur des conceptions philosophiques et politiques.

Les principes philosophiques

Les principes fondamentaux de la République française sont énoncés dans sa devise : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Ils se traduisent par des droits intangibles, à la fois politiques et sociaux, qui ont été reconnus aux citoyens par les différents régimes républicains. L’article 1er de la Constitution s’inscrit dans ce cadre puisqu’il proclame que « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

« Une République indivisible » : aucune partie du peuple, ni aucun individu, ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté nationale. Seul le peuple exerce cette souveraineté par la voie de ses représentants (ex : les députés) ou du référendum. L’unité et l’indivisibilité garantissent une application uniforme du droit sur l’ensemble du territoire national.

Le caractère laïque de la République découle à la fois du principe de la liberté de croyance et du principe d’égalité des citoyens devant la loi et implique la séparation des Églises et de l’État. Aucune religion n’a ainsi de statut privilégié au sein de la République et chaque individu se voit garantir la liberté de ses opinions et de sa foi.

Le caractère démocratique de la République implique le respect des libertés fondamentales et la désignation des différents pouvoirs au suffrage universel (ouvert à tous les citoyens majeurs), égal (chaque électeur dispose d’une voix) et secret (chacun vote librement à l’abri de toute pression).

Enfin, le caractère social de la République résulte de l’affirmation du principe d’égalité. Il s’agit de contribuer à la cohésion sociale et de favoriser l’amélioration de la condition des plus démunis.

Par ailleurs, les dernières révisions de la Constitution ont introduit de nouveaux principes.

Ainsi, la révision constitutionnelle du 28 mars 2003 a établi le principe de l’organisation décentralisée de la République.

Celle du 1er mars 2005 a proclamé l’attachement du peuple français « aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement », dont notamment le développement durable et le principe de précaution.

Enfin, la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 a complété les dispositions en faveur de l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives en les étendant aux « responsabilités professionnelles et sociales » (article 1 de la Constitution).

Les principes politiques

les principes politiques de la république se traduisent par trois notions essentielles que sont la souveraineté de la nation, la séparation des pouvoirs et la laïcité

Souveraineté de la nation où l’autorité émane exclusivement de la collectivité des citoyens qui s’exprime par la loi. Le principe de souveraineté nationale a des racines dans l’Antiquité avec la constitution des nations, du droit et des frontières. Fortement associé à l’idée de « Nation » par la révolution française, Il est aujourd’hui revendiqué par tous les États, démocratiques ou non dans le cadre du droit international.

Séparation des pouvoirs législatif, exécutif, judiciaire est un principe fondamental des démocraties représentatives, à contrario, des régimes dictatoriaux.

La laïcité, en France est un principe constitutionnel qui distingue et sépare le pouvoir politique des organisations religieuses. La loi de la République, neutre, garantit la liberté de culte (tant que les manifestations religieuses respectent l’ordre public), proclame la liberté de conscience et ne place aucune croyance au-dessus des autres. Ce principe, qui contribue de fait aussi à l’égalité républicaine.

Les symboles et les emblèmes de la République 2

Les symboles et les emblèmes de la Ve République s’inscrivent dans la tradition républicaine.

Ainsi « l’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge » et « L’hymne national est la “Marseillaise” » (art. 2 de la Constitution). Ces symboles, définitivement consacrés au début de la IIIe République, placent le régime républicain dans le prolongement de la Révolution française. Les trois couleurs nationales sont en effet apparues pour la première fois le 17 juillet 1789. Elles allient le blanc, symbole du pouvoir royal, au bleu et rouge, couleurs de la Ville de Paris.

La « Marseillaise » a, pour sa part, été composée à Strasbourg en 1792 par Rouget de Lisle, comme un chant de guerre destiné à l’armée du Rhin. Elle est devenue l’hymne national par un décret de la Convention du 26 messidor an III (14 juillet 1795), dont la validité a été réaffirmée par le Parlement le 14 février 1879.

Marianne incarne la République. Si l’on sait que les premières représentations apparaissent sous la Révolution française, l’origine du nom n’est pas connue avec exactitude. Néanmoins, Marianne est le symbole d’une société secrète républicaine, née sous la IIe République par opposition au chef de l’État Louis-Napoléon Bonaparte, et destinée à renverser le Second Empire. Marianne s’impose comme l’effigie de la République à partir des années 1880. Elle est aujourd’hui encore le symbole de la République, visible dans chaque mairie à côté du portrait du chef de l’État.

Le 14 juillet est le jour de la fête nationale, inchangée depuis le début de la IIIe République (loi du 6 juillet 1880), commémorant la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

Enfin, en matière de décorations, la Ve République a conservé l’ordre de la Légion d’honneur, instauré par Bonaparte par la loi du 29 floréal an X (19 mai 1802), et a créé, par un décret du 3 décembre 1963, l’Ordre national du Mérite. Le président de la République a le titre de Grand Maître de ces deux ordres et figure ainsi au sommet de leur hiérarchie.

Pour en savoir plus sur les symboles de la république: https://www.elysee.fr/la-presidence/les-symboles-de-la-republique-francaise

Histoire

Depuis le 21 septembre 1792, date de la proclamation de l’abolition de la royauté, la France a connu cinq républiques et onze constitutions ou lois constitutionnelles républicaines :

  • La Première République, du 22 septembre 1792 au 18 mai 1804 ;
  • La Deuxième République, du 24 février 1848 au 2 décembre 1852 ;
  • La Troisième République, du 4 septembre 1870 au 10 juillet 1940 ;
  • La Quatrième République, du 13 octobre 1946 au 28 septembre 1958 ;
  • La Cinquième République, depuis le 4 octobre 1958.

La Cinquième République

La Cinquième République, ou Ve République, est en vigueur depuis le 4 octobre 1958. Elle marque une rupture par rapport à la tradition parlementaire de la République française dans la volonté de renforcer le rôle du pouvoir exécutif. Elle est régie par la Constitution du 4 octobre 1958, approuvée à une très large majorité par voie référendaire le 28 septembre précédent. Elle a été mise en place par Charles de Gaulle, qui en fut le premier président élu.

Ce régime est qualifié de semi-présidentiel en vertu des pouvoirs accordés au président de la République. Le rôle central de ce dernier est consolidé par la légitimité découlant de son élection au suffrage universel direct, instaurée par référendum en 1962, ainsi que par l’alignement de la durée de son mandat sur celui de l’Assemblée nationale depuis 2002.

Liste des présidents de la Ve république

  • Charles de Gaulle (1890-1970), président de la République française du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969.
  • Georges Pompidou (1911-1974), président de la République française du 20 juin 1969 au 2 avril 1974.
  • Valéry Giscard d’Estaing (né en 1926), président de la République française du 27 mai 1974 au 21 mai 1981.
  • François Mitterrand (1916-1996), président de la République française du 21 mai 1981 au 17 mai 1995.
  • Jacques Chirac (né en 1932), président de la République française du 17 mai 1995 au 16 mai 2007.
  • Nicolas Sarkozy (né en 1955), président de la République française du 16 mai 2007 au 15 mai 2012.
  • François Hollande (né en 1954), président de la République française du 15 mai 2012 au 14 mai 2017.
  • Emmanuel Macron (né en 1977), président de la République française depuis le 14 mai 2017.

1 – http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/veme-republique/heritages/quels-sont-principes-fondamentaux-republique-francaise.html

2 – http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/veme-republique/heritages/quels-sont-symboles-emblemes-ve-republique.html

20 septembre 2018